Benjamin Bayart : La surveillance généralisée

Benjamin Bayart est un militant pour les libertés fondamentales dans la société de l'information. Il soutient la neutralité du net et le logiciel libre. Il a été interviewé par La Tribune des Pirates, un groupe de réflexion sur l'actualité française, musulmane et palestinienne, qui se définit comme militant et indépendant.

J'ai trouvé cet interview très intéressante, car elle s'adresse à un public très large. Benjamin Bayart n'entre pas dans les détails techniques fastidieux à comprendre pour les non-informaticiens. Il se contente de donner des explications simples et pertinentes de notre vie quotidienne (téléphones portables, cartes de crédit, ...), et cela rend la vidéo très accessible.

En conclusion, il présente sa vision du futur numérique de notre société, et l'impact que cette évolution aura sur notre civilisation. J'ai personnellement trouvé cette vision anticipée très intéressante.

Le son est de qualité très moyenne, c'est dommage, mais cette vidéo mérite vraiment d'être vue !

Si je devais retenir 5 citations extraites de cette vidéo, je choisirais les suivantes :

Quand on va visiter une page web, on est en général extrêmement peu conscient de la quantité d’informations qu'on laisse ailleurs que là où on est allé.
Il faut chiffrer tout ce qu'on peut. Par exemple, envoyer des mails en clair, en particulier quand on passe par des grandes messageries (typiquement gMail, hotmail ou des choses comme ça), ça veut dire envoyer du courrier qui sera transmis et stocké à la NSA, qui sera indexé, au moins pour savoir ce qu'il faut vous vendre comme pub.
La proéminence majeure des outils ultra-centralisés comme Facebook et Google représente un risque très fort et c'est un vrai problème, en particulier parce que ça permet le surveillance généralisée puisque ça crée un point central. Quand toutes les communications passent pas un point unique, il suffit de surveiller le point unique et on a surveillé la totalité de la population mondiale.
La définition d'une société c'est les interactions entre les individus. Quand on change la façon dont les individus interagissent entre eux, on change la société. Totalement.
Je ne sais pas si l'évolution numérique est bénéfique. Je n'ai pas dit que c'était en mieux. L'homme préhistorique qui faisait des dessins dans le grottes de Lascaux, si ça se trouve il était plus heureux que vous et moi. Je ne sais pas si c'est bien ou pas bien. Ce que je sais c'est que c'est inévitable.

Ecrit par Guillaume.
Publié dans la catégorie Vidéos.
Cet article contient 397 mots , et a reçu 0 commentaire pour l'instant.
Il s'agit du 87ème article sur un total de 94.