La nostalgie Starwars

Starwars épisode 7, c'est pour bientôt... très bientôt. Il ont d'ailleurs installé un beau rayon plein de produits dérivés à l'entré de Cultura. Mon fils est allé s'y perdre pas plus tard que cette semaine, alors que je cherchais une perforatrice. (Oui, il y a encore des gens qui achètent des perforatrices, et j'en fais partie.)

Deux jours plus tard, je me suis arrêté au Leclerc pour y acheter des cartouches d'encre. Grosse promo pour starwars là-bas aussi, avec distribution de paquets de cartes à collectionner lors du passage en caisse. Mes enfants ont adoré. Surtout mon fils. Je ne comprends d'ailleurs pas trop pourquoi, car il n'a que 4 ans. Il ne connait pas starwars. Il ne sais pas qui sont Luke, Dark Vador, Qui-Gon Jinn ou Boba Fett. Il ne sait ce qu'est un X-Wing, ni un TIE Fighter. Et encore moins le cultissime Faucon Millenium. Il ne sait pas ce qu'est la Force. Tout ce qu'il sait, c'est qu'un sabre laser c'est super cool, et qu'il en aimerait un pour Noël. Ahhh... le pouvoir de la publicité...

Mais heureusement pour lui, il a un père bien au courant de toutes ces choses, et qui va pouvoir lui expliquer, non sans plaisir il faut bien le dire... Enfin quand il sera un peu plus grand, quoi. Parce qu'à 4 ans, je doute qu'il puisse saisir tout l'étendue de l'univers génial qu'a créé George Lucas. Mais bon, il faut bien commencer un jour, alors c'est l'occasion !

Bref, découvrir ces nouvelles cartes à collectionner m'a rammené tout à coup plusieurs années en arrière. D'abord à mes 11-12 ans. Quand j'ai dévouvert les films à la télé. Puis, quelques temps plus tard, à cette soirée en famille, lors de laquelle moi et mes cousins avons regardé les 3 épisodes à la suite. (Bon, pour être honnête, je pense que j'ai bien dormi pendant l'episode 6). Puis au lycée, où l'un de mes meilleurs copains, Seb, était fan de la série. Aux soirées que nous passions ensemble, aux coups de fils tard le soir, aux parties de jeux en réseau.

Puis vint le temps de starwars CCG. J'étais à la fac, et nous avons passé des soirées, des nuits, des week-ends à préparer nos decks, et à nous affronter à coup d'ability, d'attrition et de drain. Nous n'étions plus simple spectateurs de la saga, nous étions Han Solo, Yoda ou Palpatine, et nous nous bations pour savoir qui des Rebelles ou de l'Alliance gagnerait la partie. Cela m'avait coûté une véritable fortune. Quand j'y repense aujourd'hui, aller acheter des paquets de 8 cartes à jouer, sans être sûr de ce qu'il y aurait dedans, très régulièrement, et pour un prix somme toute assez élevé pour un étudiant, c'était de la folie. Je pense que j'y ai laissé plusieurs centaines d'euros. Avec le recul, je pense qu'à un moment, c'était même presque de l'addiction. Mais bon, que de bons souvenirs...

Nostalgie n'est pas peut-être pas le mot exact. Car après tout, il n'y a que peu de tristesse dans tous ces souvenirs, à part peut-être celui de n'avoir pas su garder contact avec mes compagnons de jeu de l'époque. En fait, il y a surtout de bons souvenirs. Des moments de passion, de camaraderie, de franche rigolade. Starwars est pour moi le symbole de toute une époque, qui même si elle est maintenant révolue, a contribué à ce que je suis devenu aujourd'hui.

Ce soir j'ai retrouvé, bien à l'abris dans ma cave, posé sur une étagère, un classeur qui m'a suivi lors de mes déménagements. Un classeur dont je n'ai jamais eu le courage de me débarasser. Un classeur qui ne pouvait simplement rester dans un carton. Un classeur rempli de trésors et de souvenirs. Ce classeur dans lequel sont scrupuleusement rangées chacune de mes cartes à jouer starwars. Et demain, je vais partager ce moment de ma vie avec mes enfants.

Mais demain seulement, car maintenant, tard il se fait...

Ecrit par Guillaume.
Publié dans la catégorie Humeur.
Cet article contient 660 mots
Il s'agit du 59ème article sur un total de 103.