Les idées naissent dans les toilettes

Nous vivons dans un monde ultra-connecté. Du réveil le matin au coucher le soir, nous sommes continuellement connectés au monde. A travers les smartphones, les réseaux sociaux, le blogging, nous restons connectés, et optimisons notre temps au maximum.

  • Le matin au réveil ? Encore dans le lit, je consulte Twitter et Facebook.
  • En arrivant au boulot ? Il faut absolument que je consulte mes mails.
  • Une petite pause ? Que se passe-t-il sur Twitter ?
  • A table ? Le smartphone est toujours sur un coin de table.
  • Le repas est terminé ? Tiens, quels nouveaux articles ont été publiés depuis hier soir sur mes blogs préférés ?
  • En salle d'attente chez le médecin ? Juste le temps de faire une partie de Candy-Crush ou de Ruzzle.
  • Le soir devant la télé ? Tiens, que disent-ils sur Twitter à propos de l’émission que je regarde ?
  • Une envie pressante ? Jamais sans mon smartphone !

Je trouve que nous sommes entrain de perdre quelque-chose d'important : du temps pour manquer aux gens, du temps pour que les gens nous manquent, du temps sans contact extérieur, du temps d'introspection, du temps pour s'ennuyer.

Il y a quelques temps, des amis sont partis faire un tour du monde. Cela a duré 8 mois. Ils ont parcouru les continents et les pays, et fait plein de découvertes. Ils ont alimenté régulièrement un blog avec des photos et un récit détaillé de leurs aventures. Ils ont régulièrement contacté leur famille sur Skype, et répondu aux mails qu'ils recevaient. A leur retour, ils ont dit à peu près la chose suivante : "C'était vraiment génial. On a vu vécu une expérience inoubliable. Par contre, on a pas vraiment coupé avec notre vie ici. Grâce à la technologie, on savait tout ce qui se passait quasiment en temps réel."

De notre côté, on savait déjà une grosse partie de ce qu'ils avaient fait. On avait déjà vu les photos. On savait déjà ce qu'ils avaient préféré et ce qu'il n'avaient pas aimé. On était déjà au courant de tout, sans même les avoir revu, sans même leur avoir parlé.

Et bien je trouve cela dommage. Il manque quelque-chose. Il manque d'abord les interrogations. Ou sont-ils en ce moment ? Est-ce que ça leur plait ? J'espère qu'il vont bien. Il manque une place pour notre imagination, une place pour le rêve. Ensuite il manque les retrouvailles. Être enthousiaste de les revoir. Être pressé d'entendre le récit de leurs aventures. Leur poser plein de questions. Découvrir les photos avec eux. Mais de leur côté, il manque aussi la coupure. Celle qui fait du bien. Celle qui laisse le temps de réfléchir.

Bref, je m’écarte un peu du sujet. Tout ça pour dire que nous manquons de plus en plus de ce temps pendant lequel les idées germent, se développent, et finissent par naître. Il y a quelques mois, j'ai décidé de limiter l'impact de la technologie sur ma vie. Plus de Twitter. Plus de mails à la maison, ni sur le téléphone. Plus de jeux dans la salle d'attente. Plus de téléphone devant la télé. Et surtout le plus important : plus de téléphone dans les toilettes.

Sérieusement, si je ne devais donner qu'un conseil, ce serait celui-ci : N'emmenez pas votre smartphone aux toilettes. Il s'agit encore aujourd'hui d'un des rares temps de tranquillité, de solitude, pendant lequel notre cerveau peut vagabonder, pendant lequel notre imagination, notre créativité reprend le dessus.

Je l'affirme haut et fort : Les toilettes sont l'endroit idéal pour l'imagination libre et la créativité.

Ecrit par Guillaume.
Publié dans la catégorie Réflexions.
Cet article contient 591 mots
Il s'agit du 10ème article sur un total de 104.