Nostalgie boulangère

Toujours dans le train. Il vient de marquer l'arrêt de Delémont. Nous repartons tranquillement en direction de Lausanne. Je repense à ce matin, lorsque je suis allé chercher le pain. Ma boulangerie habituelle étant fermée pour congés annuels, je me suis rendu dans mon ancien village, celui où j'habitais il y a quelques années. Je n'y retourne qu’occasionnellement, pour chercher un colis, ou quand, justement, ma boulangerie habituelle est fermée.

J'y ai croisé celle qui me vendait il y a quelques années mon pain quotidien (amen). Et bien cette charmante dame, au demeurant très sympathique, a soudain pris un énorme coup de vieux. Les rides ont creusé son visage en différents endroits. Ses mains ont pris l'allure de pétales fanés. La fatigue a envahi ses yeux et son sourire. N'allez pas entendre pas là qu'elle est devenue laide, elle a simplement vieillit, c'est indéniable.

Et je dois être d'humeur bien nostalgique aujourd'hui, car cela m'a remmené subitement presque 10 ans en arrière. L'appartement que nous venions d'acheter. La vie sans enfant, sans contrainte, sans inquiétude, mais aussi sans ce bonheur quotidien qu'ils m'apportent. Cette époque où je pensais changer le monde, alors qu'aujourd'hui je pense qu'il faudrait plutôt le réparer, histoire de laisser quelque-chose de pas trop dégueulasse à nos enfants. Cette époque où je me jetais sur toute nouvelle technologie, alors qu'aujourd'hui je cherche surtout les moments hors-connexion.

Les mains qui écrivent ces quelques lignes ont pris de l'âge elles aussi, mine de rien. Le temps leur a à elles aussi apporté quelques rides. Et je suppose que mon visage n'y aura pas échappé.

Ecrit par Guillaume.
Publié dans la catégorie Humeur.
Cet article contient 265 mots
Il s'agit du 36ème article sur un total de 104.