Regarder les secondes qui défilent

Il y a ces soirs où on a pas envie d'aller se coucher. Ces soirées pendant lesquelles on essaie désespérément de s'occuper, de trouver quelque-chose à faire. De trouver un sujet intéressant sur lequel on pourrait écrire. Ces moments où les enfants sont couchés depuis longtemps. Où notre compagne s'est elle aussi endormie. Et où seul le bruit du lave-vaisselle vient perturber la tranquillité de la maison.

Les minutes, voire les heures passent, mais on ne peut se résoudre à aller se coucher. La télévision n'est pas allumée. L'envie de lire n'est pas là non plus. Alors on se colle devant l'ordi. On passe d'une page à l'autre, sans trop savoir ce que l'on cherche. On retourne sur de vieux sites qu'on visitait régulièrement avant. Puis on branche les écouteurs, et on écoute un peu de musique. Et on se demande pourquoi on a pas sommeil. Pourquoi on ne veut pas aller dormir. Et pourquoi on ne trouve rien pour s'occuper.

Minuit. Il y aurait tellement de choses à faire. Tellement de façons d'utiliser ce temps précieux qui s'écoule et qu'on gaspille bêtement. La fatigue commence à venir, mais on reste assis à ne rien faire. Juste à penser, à réfléchir. On se dit qu'on pourrait démarrer tel projet. Qu'on pourrait recontacter telle personne. On pense à la journée du lendemain. Aux tâches qui nous attendent. Qu'on sera fatigué.

En y réfléchissant, je crois qu'il y a des moments où on a juste envie de ne rien faire. De profiter de ces moments de solitude, car ils ne sont plus si nombreux. De retrouver l'ennui qu'on éprouvait si souvent quand on était enfant. S'ennuyer. Je crois que je ne sais même plus à quoi ressemble ce sentiment. On a juste envie de profiter de ce temps d'introspection qui nous est offert. Et de laisser défiler les minutes, sans chercher à tout prix à les optimiser comme la société nous apprend à le faire.

Croiser les mains, regarder les secondes qui défilent, et se dire que ça fait du bien de ne rien faire...

Ecrit par Guillaume.
Publié dans la catégorie Humeur.
Cet article contient 343 mots
Il s'agit du 22nd article sur un total de 104.